François Léger

16 novembre 2018

Le 30 Novembre à Talant, hommage au poète et à l'artiste...

 

 

 Jean Ferrat nous a quittés physiquement mais est resté

 avec ceux qui l'ont apprécié, comme nombre de poètes...

 

       Jean TENENBAUM, dit Jean FERRAT, est né le 26 décembre 1930 à Vaucresson, fils de Mnacha (dit Michel) Tenenbaum, juif russe naturalisé français en 1928, et d'Antoinette MALON, française née à Paris d'une famille originaire du Puy-de-Dôme.

        Raymonde (née en 1916 à Paris), André (né en 1918 à Draveil), et Pierre (né en 1925 à Vaucresson) sont les frères et soeur de Jean FERRAT. Attiré par la musique, le théâtre et le classique, Jean FERRAT entre dans une troupe de comédiens au début des années 50, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz. En 1956, Jean FERRAT met en musique "Les yeux d'Elsa", poème de Louis ARAGON dont il sera toute sa vie l'admirateur. C'est André CLAVEAU, alors fort en vogue, qui interprète la chanson et apporte un début de notoriété à Jean FERRAT, qui se produit très régulièrement au cabaret parisien La Colombe de Michel VALETTE, en première partie de Guy BÉART.

 

Numérisation_20181018

 

En 1958, Jean FERRAT sort chez Vogue son premier 45 tours EP, qui ne rencontre guère de succès. En 1962, Jean FERRAT fait la connaissance d'Isabelle AUBRET. Cette rencontre est pour les deux artistes le début d'une grande et pérenne complicité artistique puis amicale. Jean FERRAT compose, sur des paroles de Michelle SENLIS pour Jacques BOYER et Jean-Louis STAIN, la chanson "Mon vieux", laquelle, réécrite partiellement dans les années 70 pour être reprise par Daniel GUICHARD, connaîtra un grand succès et deviendra un classique de son répertoire. Jean FERRAT meurt le 13 mars 2010 à l’hôpital d'Aubenas, des suites d'un cancer. Jean FERRAT est inhumé le 16 mars 2010 au cimetière communal d'Antraigues-sur-Volane près de son frère André. Lors de la cérémonie d'hommage qui précède, sur la place centrale du village, Francesca SOLLEVILLE interprète "Ma France" et Isabelle AUBRET "C'est beau la vie", avant de faire chanter "La montagne" par la foule rassemblée, constituée de plus de 5 000 personnes. La veille, plus de quatre millions de téléspectateurs avaient suivi en France l'hommage télédiffusé en son honneur.

      La compagnie « à quoi ça rime ? », de l’association « les poètes de l’amitié – poètes sans frontières », invite la chanteuse Renata, accompagnée par son pianiste, Francis Harbulot, à une soirée mémorable durant laquelle quelques poètes interpréteront les œuvres de FERRAT : Camille Arcelus, Yolaine et Stephen Blanchard, Isabelle Dumont-Dayot, Daniel Emond, Nathalie Gasser, Nicole Muller et Marie-Pierre Verjat-Droit. Ainsi pourrez-vous revivre un tel moment, le vendredi 30 novembre à 20 H 30, à l'Espace Brassens, Salle Gabin, place abbé Pierre à TALANT. Réservations conseillées au 06.12.68.15.47 ou 03.80.41.31.40 (entrée 8 € mais  5 € pour les chômeurs, handicapés et adhérents).

 

Illustration fournie par "Les Poètes de l'Amitié".

 

 

 

 

       

Posté par ARMEE à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 octobre 2018

Nombreux sont fidèles au rendez-vous de La Toussaint

Jeunes et moins jeunes, sont fidèles au rendez-vous de La Toussaint ….

 

               Par François LÉGER

 

Jeunes , adolescents et seniors  n’ont pas oublié La Toussaint, même si les uns et les autres se placent en demandeurs aux saints et aux esprits…

 

Certains touristes ont dû être surpris par l’activité régnant dans notre beau pays de France en cette semaine de La Toussaint, une activité qui ne se dément pas au fil des ans malgré les écueils trouvés sur nos chemins… Vous avez probablement remarqué, tout au long de ces derniers jours, dans notre pays de verts pâturages, ces personnes âgées qui se rendaient dans les cimetières chargées du matériel dont elles savaient avoir besoin, même si cela était bien difficile pour elles dont les corps montraient – très visiblement – les efforts déjà fournis au cours des dernières décennies…

Mais, en ce moment où vous les avez vues, c’étaient elles-mêmes qui exigeaient ces efforts pour aller nettoyer les tombes du conjoint disparu, de parents et même d’enfants partis, bien trop tôt pour tous ceux qui les appréciaient… Ces personnes âgées estimaient qu’elles ne faisaient que leur devoir avant d’aller plier sous le poids de gros chrysanthèmes qu’elles apporteraient en ce matin du 1er novembre.

 

Toutefois, ces activités n’étaient pas nouvelles, les générations précédentes s’y étant pliées…

Non, ce qui a dû vous surprendre et vous étonnera encore aujourd’hui – tout au moins ce fut mon cas – ce sont ces petites voitures de sport qui se garent devant ou le long d’un cimetière et dont descendent ces beaux jeunes gens qui ont encore la réputation de fils à papas… Car notre société a évolué et si les jeunes veulent ne pas manquer la tombe de l’un de leurs proches, il faut souvent qu’ils parcourent plusieurs centaines de kilomètres pour aller sur les tombes qu’ils ne veulent en aucun cas manquer…

Oui, les choses ont bien changé depuis cette époque que l’on a faussement appelée « Les Trente Glorieuses » auxquelles les adolescents ou étudiants d’aujourd’hui vouent une vie facile en pensant qu’il n’était pas alors difficile de trouver du travail : aurait-ce été un « Paradis perdu » ? Si c’était vraiment cela, ce n’est pas ainsi que j’ai traversé ces années tout comme mes amis étudiants !!!   Par exemple, pour ma part je n’ai pas aimé avoir des entretiens d’embauche qui se terminaient sur le fait que je n’avais pas assez de diplômes ou que j’en avais trop ! Comment peut-on en avoir trop ? Le raisonnement de celui qui vous embaucherait bien est celui-ci : « Ce candidat me paraît très bien mais il vaut plus cher que ce que je peux lui offrir… Alors il accepte mes desiderata en attendant de trouver la société pour laquelle il est fait et, quand il trouvera, il nous quittera »…

Honnêtement, je vous avouerai que c'est bien ce que mes amis et moi avions dans la tête, mais on a du mal à comprendre, les vingt ans passés, qu'un patron ne vous embauche pas parce que "vous avez trop de diplômes"...

Non, finalement, les "Trente Glorieuses" n'ont pas apporté beaucoup plus de miracles, ces miracles qu'Emmanuel MACRON nous avait promis il y a environ dix-huit mois et qui confirment que les "promesses n'engagent que ceux qui les font"... Il est vrai que si j'avais été chef d'Etat, lors de mon dernier passage à l'hôpital je n'aurais pas vu du personnel soignant se bécoter dans les couloirs et restant sourd à ma sonnette de patient...En remettant un peu d'ordre ici et là, on manquerait moins d'infirmières, d'aides soignantes, etc...

Ce n'est pas par hasard que j'ai commencé et terminé cet article sur la maladie...De fait, La Toussaint est bien le jour à ne pas manquer pour aller voir un proche qui souffre dans sa tête et dans sa chair mais qui, en plus, est hospitalisé loin de votre domicile... Aller le voir et l'aider à accepter les choses, même si elles sont terribles comme celles de cette femme restée couchée à souffrir d'un cancer durant trois ans... Cette patiente a exprimé ses souffrances en quelques mots, résumé de longs mois! Le clocher du village ayant teinté pour un enterrement, elle demanda qui avait quitté ce monde et elle répondit simplement: "Elle en a de la chance"...

 

Posté par ARMEE à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2018

Festival littéraire itinérant en Bourgogne-Franche-Comté

"Les Petites fugues", à la fois dans leur 17ème édition et la première sous les couleurs de l'Agence Livre et Lecture Bourgogne-Franche-Comté

 

 

Jusqu'ici porté par le Centre régional du Livre de Franche-Comté, voilà le festival aujourd'hui intégré au projet associatif de l'A.L.L., agence qui a vu le jour le 1er janvier 2018 et rassemble trois associations  pour le livre préexistantes sur les territoires  bourguignon et franc-comtois.

Cette année, ce sont encore 20 auteurs invités, 130 rencontres et 8 petites formes. Et, l'auteur de ce texte, Évelyne Geny, présidente de l'Agence Livre et Lecture (A.L.L.), devra par ailleurs être remerciée pour cette présentation de l'événement (tout en nous pardonnant quelques minces interventions apportées dans son texte pour que celui-ci attire un maximum de lecteurs comme le pensent les journalistes ayant apprécié ce texte).

Pendant deux semaines, la littérature sera partout dans des lieux coutumiers du livre - bibliothèques, médiathèques, collèges et lycées, librairies, associations culturelles - et dans des lieux moins attendus où elle apporte ses bienfaits: maisons d'arrêt, hôpitaux, musées... C'est ainsi que le public peut s'offrir des moments rares: lecture, débats et partage s'ouvrant à tous...

C'est ainsi que, cette année encore, on pourra parler de projets personnels avec des écrivains ou autres artistes puisque se mêleront à ces échanges des projets innovants, musique ou cinéma comme nous avons déjà eu l'occasion de le dire dans des papiers similaires à celui-ci dans l'espace que nous souhaitions le plus culturel possible...D'ailleurs, ici, le titre l'annonce en faisant immédiatement penser à la qualité de ces petites fugues musicales qui viennent se mêler à un besoin de connaissances culturelles dont on ne peut que se réjouir... après avoir, par exemple, entendu (nullement écouté) certains "artistes" dont on nous vante les qualités ... faute de mieux!

Mais , que cela ne vous fasse pas renoncer aux invitations que vous font les organisateurs comme celle de vous rendre aux Forges de Pesmes, au 19 Crac, au Musée des Beaux Arts et bien d'autres lieux encore...

Vous en saurez plus en vous rendant sur le Net, par exemple : www.lespetitesfugues.fr ...

Numérisation_20181022

 

Numérisation_20181022 (2)

 

Numérisation_20181022 (3)

 

Numérisation_20181022 (4)

 

Merci aux organisateurs de nous avoir fourni les éléments de cet article et notamment les "Illustrations".

Posté par ARMEE à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2018

Provence- poésie présente...

D

Posté par ARMEE à 19:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 octobre 2018

Ce dimanche 7 octobre 2018 : un beau jour pour les plumes amateurs !

 

Ils ont été 119 à nous envoyer de leurs nouvelles !

 

         Au Mans, il est vrai que la nouvelle « tourne bien »

 

20181007_113518

 

        C’est toujours une très belle fête quand lecteurs curieux, auteurs et éditeurs se rencontrent au Salon du Livre du Mans. Et, chaque année, les lauréats du Prix de la Nouvelle de la Ville du Mans se réjouissent d’y participer.

        De plus, cette année 2018 était  un peu spéciale puisque le Prix  fêtait ses 40 ans !  Une bien belle occasion d’ailleurs pour rendre   hommage à sa créatrice, la  romancière Paulette  Houdyer qui venait de nous quitter.  A une année près, elle-même aurait pu souhaiter ses 100 ans !

        119 candidats ont cogité cette année sur ce début : « J’ai décidé de retirer la photo de son cadre ». Pour le 1er prix Igor BERTHON, de la Loire, auteur de Protocole, le narrateur officie scrupuleusement comme il le fait tous les cinq ans ! 

      Le 2ème prix, Martine FERACHOU, du Var, donne la parole à une petite fille qui veut apporter la paix dans le couple de sa mère. C’est Gilles contre Grand-Ours.

      Enfin,  Roger VERGER, le 3ème Prix, offre une solution à un mystère. Il sait qui est L’homme à la valise. Et voilà qu’un quédillacais comme lui se voit blanchi d’un crime pour lequel il a été condamné au bagne en… 1924.

      Elles ont été très bavardes ces 119 plumes et personne ne s’est  ennuyé,  en ce dimanche voué à la littérature au Mans…. Vivement le 41ème anniversaire ….

Texte et photos (comme chaque année) de Mme Manyan qui sera surprise de voir apparaître son travail aussi tardivement, mais les ordinateurs n'ont pas encore remplacé l'homme et celui-ci a bien du mal à se faire comprendre quand rien ne va... Malheureusement ce fut le cas en ce Dimanche...

 

 

 

Posté par ARMEE à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2018

Des poètes à l'honneur dès la fin du mois...

Brochon

Y a-il de la culture sans spontanéïté et amour du travail bien fait ?

            Nous prions nos lecteurs de nous pardonner d'être venus, de temps à autre, sur notre site      sans y trouver, depuis quelques semaines, les nouveautés qu'ils espéraient. Toutefois - nous en sommes tout aussi désolés qu'eux car cela n'était aucunement  prévu mais il est des situations de blocage qui arrivent brutalement et contre lesquelles nous ne pouvons pas faire face d'une manière  correcte... Ce site était réalisé, à une époque, par Maurice Dussol, un fin lettré dont j'avais fait la connaissance au cours d'une remise de prix littéraires... Il en fut de même pour Pierre Virmes dont je me demande s'il a quitté notre sol car nous avions de réguliers échanges d'e-mails et aujourd'hui, c'est le silence total... Il est d'autres auteurs qui annoncent leur manque de punch à plus de quatre-vingt-dix-ans... Autant d'éléments dont nous pouvons simplement tenir compte et, parmi lesquels il faut surtout que l'un des membres tienne la "baraque" ouverte pour que les gens pensent à une situation temporaire et non pas à la fermeture du site que nous voulons nous-même remettre à plus tard, beaucoup plus tard...

Moi-même - qui ai créé ce site en 2006 - pense parfois au nombre de jours passés à chercher une idée pour un article qui me trotte dans la tête depuis un bon moment; au nombre de jours passés à taper des articles que certains de nos amis nous faisaient parvenir écrits à la main faute de matériel, etc... Sur ce premier acte de l'article que nous allions vous proposer il fallait aussi penser à les mettre en pages de la façon la plus harmonieuse possible... C'est vous dire que certains d'entre nous et moi-même combien nous sommes attachés à ce site tout comme un nombre de lecteurs qui remonte le moral... Ce qui est dommage est que les amateurs de culture ne nous écrivent que trop rarement... Mais, me direz-vous, qui est amateur de culture ?

Eh bien , nous avons -ci-dessus- grâce aux organisateurs de cette manifestation, en quelle que sorte une réponse à cette question! Pensons à ce qui est et à la façon dont c'est venu! Voyez ce château et pensez à tous ces édifices d'art qui tombaient en ruines avant de se retrouver dans les objectifs des photographes d'art...  Pensez à ces heures passées par des jeunes et moins jeunes ayant repris le travail des anciens pour qu'il perdure, tous ceux qui sont tombés amoureux de la pierre, des vitraux et travaillent avec leur transistor sur la pierre tombale à côté d'eux... Eux sont tombés amoureux de ce qui les entoure et réveillent des travaux parfois endormis depuis des siècles après être nés pierre par pierre.

 

François LEGER

 

 

Posté par ARMEE à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2018

"Laissez venir les mots"...tout simplement !

Concours  de  nouvelles  national  proposé par les auteurs  en  Pays  d’Aubagne...

 

 

concours 001(1)

 

 

 

 

« Laissez venir les mots »: sur ce thème,

vous pouvez vous laisser aller et emmener

 vos amis lecteurs du 5/09/18 au 5 janvier 2019

 


 

 

Le nouveau concours national de nouvelles en Pays d'Aubagne  sera ouvert à toute personne de plus de 12 ans, de langue française, à la condition que son récit suive les critères de la nouvelle ! Les membres du bureau de l’association et du jury sont exclus du concours. Le jury final désigné devra noter les nouvelles entre 10 et 20.

 

Article 1 : Participation au concours

L'envoi doit être fait par voie postale (le cachet de la poste faisant foi) : joindre deux enveloppes timbrées portant l'adresse du candidat et une fiche contenant autorisation d’utilisation et de publication de la nouvelle portant le titre de celle-ci puis les…nom, adresse, téléphone et e-mail du candidat… et impérativement la signature avec une autorisation parentale pour les moins de 18 ans. Les envois en recommandé ne seront pas acceptés. L'ensemble devra être adressé : Association Provence-poésie, concours, maison de la vie associative, 140 allée Robert Govi  Les Défensions  13400 Aubagne.

 

Article 2 : Présentation de la nouvelle

La nouvelle doit être au maximum de quatre pages recto A4. Elle doit être anonyme et rédigée très lisiblement (minimum Times 12 ou Arial 11) et justifié avec marge 2. (Il n'est pas nécessaire de sauter de ligne).

Elle doit avoir un titre différent de celui du concours ("Laissez venir les mots") et correspondre au thème choisi indiqué en haut de page (1 ou 2). Son envoi devra s’accompagner d’un fichier informatique (Word.doc) sur CD ou adressé par mail à pp.editions@yahoo.fr. L’association peut refuser tout dossier incomplet sans préavis.

 

Article 3 : Particularités et thèmes de la nouvelle

La nouvelle se concrétise par sa brièveté, sa concision, son nombre restreint de personnages, son intrigue et si possible une fin surprenante à la manière de Maupassant (La Parure). Elle accepte la prose poétique mais exclut le poème, le portrait, le reportage, la chronique, le journal intime et le conte de fées.

Tout texte raciste, ordurier, politique, etc... sera refusé.

Pour thème, vous pouvez choisir entre les possibilités suivantes :

1/ Thème fantastique : Maupassant avait écrit : la réalité implacable me conduirait au suicide si le rêve ne me permettait d’attendre… Partant de là, mais évitant la facilité du rêve, adressez une nouvelle fantastique qui permette d’échapper à notre réalité d’aujourd’hui.

2/ Thème libre : Laissez aller votre imagination de manière à surprendre en toute liberté (les organisateurs récompenseront en priorité l’originalité et la surprise).

 

Réglementation générale

 

Le concours est gratuit pour un texte des adhérents et des moins de dix-huit ans. Pour les autres, inscription au concours : 10 euros. Au-delà d’un texte, les nouvelles supplémentaires seront accompagnées d’un chèque de 5 euros pour tout concurrent. Aucun texte ne sera rendu.

Les nouvelles envoyées devront être agrafées, pages numérotées et en 6 exemplaires.

 

Article 5 : Récompense prévue

Dix lauréats se verront offrir un recueil édité comprenant les dix nouvelles primées, un diplôme, une médaille pendentif et une coupe ou trophée (Des exemplaires supplémentaires du recueil peuvent être commandés à bas prix par les participants s’ils se signalent avant la remise de prix).

Au-dessous d’une certaine moyenne, les gagnants n’auront qu’une mention d’honneur. La meilleure nouvelle obtiendra le grand prix de la ville d’Aubagne avec un chèque de 200 euros et un bon d’achat de 50 euros dans le catalogue de Pp. La seconde, un chèque de 100 euros et un bon de 20 euros dans le catalogue Pp. Cela en plus des trophées qu’ont les autres. Ces deux lauréats ne pourront représenter le concours durant une année mais ils pourront présenter le concours interne de l’association ou faire partie du jury.

La remise des prix aura lieu dans le courant du mois de mars qui suit le concours. Les lauréats seront prévenus auparavant et devront être présents ou représentés par une personne, hors jury et lauréats, pour pouvoir recevoir leur prix.

 

Le jury sera composé d'écrivains et de personnalités indépendantes qui classeront les dix nouvelles sélectionnées : la décision du jury et le règlement du concours sont sans appel, tout participant devra les accepter sans réserve : renseignements complémentaires au 04 42 03 31 26.

Cette année en tête du jury du concours deux gagnants des grands prix d'Aubagne : Joëlle SOLARI et Zavèn SARAFIAN.

 

                                     -=-=--=-=-------=-=-----

Danyel Camoin, auteur, interprète et conférencier, président de l'association

Denise Biondo, auteur et présentatrice de lectures-spectacles, vice-présidente

Jean-Claude Colay, auteur, poète et secrétaire de l’association.

Fait pour le 5 septembre 2018

 

 

                          Association Provence-poésie éditions

                             « Concours et collection des auteurs en pays d’Aubagne »

                                       Maison de la vie associative –Les Défensions

                                         140 Allée Robert Govi 13400 AUBAGNE

                                                   Mail : pp.editions@yahoo.fr

                                                   www.provence-poesie.info

 

 

Le dernier concours de nouvelles des auteurs en pays d'Aubagne a obtenu un vif succès auprès des auteurs de toute la France et même au delà des frontières si l'on en juge par la participation d'un ami Belge et d'un ami de la Réunion.

81 nouvelles dont beaucoup de la région parisienne étendue jusqu'en Savoie et le Midi partant de Toulouse jusqu'à Saint-Raphaêl.

Parmi les participants,  on retrouve aussi avec plaisir Brigitte PRADOS, Emilie COIGNARD, Maïté ROCHAS  et Michel CAHOUR déjà remarqués l'an dernier.

Dix nouvelles sélectionnées étaient entre les mains du jury final pour déterminer le grand prix de la ville d'Aubagne qui ne sera connu que le 17 mars à la remise des prix qui aura lieu comme d'habitude ( en musique après le petit spectacle : "Les ballons rouges" à la salle de la maison de la vie associative).

 

 

Prochain concours de nouvelles de la ville d'Aubagne : à partir du 5 septembre 2018 :

les participants auront jusqu'au 5 janvier 2019 pour adresser leurs nouvelles

à la maison de la vie associative, allée Robert.Govi Les Défensions Aubagne 13400

à l'ordre de Provence poésie éditions.

 

 

 

Posté par ARMEE à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2018

Des cultures en harmonie...

 

 

Ombre et lumière

Posté par ARMEE à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2018

Je ne voudrais pas vieillir enraciné

   Stephen BLANCHARD veut croire que

l'amour existe sans l'ombre d'un regret...

 

             Par François LÉGER

 

Pendant que toute la famille s'était réunie pour prendre connaissance du dernier livret de notre ami Stephen Blanchard - livret qui nous est parvenu hier soir - chacun se devant de prendre la parole pour donner sa propre idée sur ce travail mené " A la lisière des enfantements" un seul des invités, l'air endormi dans sa couche, semblant complètement désintéressé par les propos de qualité dont les uns et les autres se gargarisaient, semblait certes...fort intéréssé par tout ce qu'il entendait et surtout très heureux de ne pas avoir à intervenir dans ces discours qui lui semblaient être dignes de nombre de clients d'un marché hebdomadaire de campagne... seulement !

A la lisière des enfantements

Mais il est vrai que ce très jeune enfant sortait pratiquement du liquide amyotique offert par sa mère pendant ces derniers temps... De ce fait il avait bénéficié de propos tenus - surtout par des médecins et des membres du corps médical - qui l'avaient beaucoup plus intéressé que ce verbiage de la salle de réception dont il a été question précédemment. D'autant plus que notre bébé était beaucoup plus intéressé par tous ces échanges de savants ou de chercheurs.. Eh oui, dès qu'il eut atteint sa dixième année, il fallut bien se rendre compte que cet enfant, vivait pratiquemenent constamment en état de rémanence pour nombre de problèmes et que son bonheur de vivre serait là...

 Ne pas regarder derrière, mais devant ..

 avec simplicité et gentillesse...

Eh oui ! Voilà bientôt un jeune homme que nombre d'adultes n'allaient plus pouvoir suivre dans ses raisonnements... Mais sa simplicité et sa gentillesse allaient faire de lui un homme que tout le monde allait apprécier dans son villlage et à l'extérieur... Y compris par notre ami Stéphan Blanchard qui vous emmène - si nécessaire - dans des dédales de chemins que vous ne serez pas seul à découvrir avec joie et à en apprécier la qualité...

 

Posté par ARMEE à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2018

Ecrire pour la "Vingt-Cinquième heure" du livre...

 

       Prix de la Nouvelle de la Ville du Mans

 

            Règlement 2018 de ces joutes littéraires…

 

Organisateur : Association pour le Prix de la Nouvelle de la Ville du Mans.

Genre : nouvelle inédite.

Thème : La nouvelle devra débuter ainsi : "J'ai décidé de retirer la photo de son cadre..."

 

Modalités de participation : Les manuscrits, d’un maximum de dix pages avec double interligne, écrites au recto, en police Arial 12 et agrafées, doivent parvenir en 5 exemplaires. Les manuscrits ne seront pas retournés et aucun manuscrit par mail ne sera accepté.

 Les manuscrits doivent être anonymes et rédigés en français quel que soit le pays d’origine.

Joindre une fiche de renseignements indiquant les nom, prénom, adresse, numéro de téléphone, adresse mail du candidat, une enveloppe timbrée à l’adresse du candidat ainsi que les frais d’inscription de 8 €. (Par chèque libellé à l’ordre de l’Association pour le Prix de la Nouvelle de la Ville du Mans.) Les candidats résidant à l’étranger peuvent utiliser le code IBAN de l’association qui, à leur demande, leur sera communiqué par mail.

Le jury se réserve le droit de ne pas décerner de prix s’il juge qu’aucune nouvelle ne le mérite.  Le premier prix ne sera pas attribué à la même personne deux années de suite.

Date limite de participation : Les manuscrits doivent parvenir à l’adresse ci-dessous, avant le 1er juin 2018,

 

Prix de la Nouvelle de la Ville du Mans

Créé en 1978 par Mme Paulette HOUDYER

Fédération des Associations Laïques de la Sarthe

18, rue Béranger - 72 000 Le Mans

 

Début septembre, les candidats seront informés des décisions du jury.  

Les prix seront remis au cours de la manifestation de « La 25ème heure du Livre », le deuxième dimanche d’octobre 2018. Les décisions du jury sont sans appel. Il est souhaitable que les lauréats soient présents à la remise des prix.

 

Nature des prix :

1er prix :    un chèque d’un montant de 300€

2ème prix : un chèque d’un montant de 200€

3ème prix : un chèque d’un montant de 150€

 

Pour tous renseignements complémentaires : manyan@wanadoo.fr

 

 

 Association pour le Prix de la Nouvelle de la Ville du Mans

Fédération des Associations laïques de la Sarthe 18, rue Béranger. 72000 Le Mans

 

 

Posté par ARMEE à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2018

La Poésie est une véritable Musique...

 

20180430_140614

                                                        

 

 

 

« Sonnez,

 

   sonnez clochettes… »

 

 

 

 

 

 

« La Bougie du Sapeur », avec sa propre…

périodicité, donnera-t-elle l’envie de faire

naître « Les Clochettes des créateurs » ?

 

                                 Par François LÉGER

 

Il est étonnant de voir la longévité d’un journal satirique paraissant – régulièrement – tous les… 29 février. Curieuse périodicité en effet de  « La Bougie du Sapeur » en vente dans les kiosques le … 29 février et revenant sur quatre ans d’actualité !

L’idée de cette création est plutôt curieuse pour ces hommes dont certains sont journalistes… Mais, finalement, cette « feuille » répondait bien évidemment à un besoin populaire dont la preuve est faite : créé en 1980, le journal s’est vendu à plus de 130 000 exemplaires lors de chacune des quatre dernières parutions !20180430_151313

Vous ne voyez certes pas le lien avec le muguet…. Disons que le muguet  ou « lys des vallées profondes » renforce la mémoire et les facultés intellectuelles des créateurs ….

Eh bien, le voilà ce fameux lien… « D’ailleurs vous entendez les clochettes, ces clochettes qui réveillent notre esprit  «  Sonnez, sonnez clochettes »

 

 

Périodicité, régularité et qualité font le succès d’une feuille destinée à un lectorat tout-à-fait spécifique, mais aussi tous ceux qui auront le temps et l’envie d’en prendre une connaissance profonde…

De fait, je crois qu’il ne faut pas penser qu’à ceux qui vivent – parfois de leur art, ce qui est exceptionnel quand on voit  le nombre d’artistes existant dans notre pays – mais aussi à tous ces petits écrivains qui vivent dans leurs bureaux au milieu d’une forêt de livres qui leur ont servi pour former leurs pensées avant de devenir petits écrivaillions ou plumes réputées… qui – de toute manière – font la fortune de ceux qui les éditent… pas celle des écrivaillons, ni celle de petits auteurs de talent inconnus du grand public car on s’occupe seulement de ce que ces ouvrages pourraient rapporter en monnaie sonnante et trébuchante

En revanche, il est des travaux qui apportent la richesse intellectuelle comme c’est le cas  de cet ouvrage  « Le livre des superstitions, mythes, croyances et légendes » édité dans la collection « Bouquins » par Robert Laffont, un ouvrage dont je me suis servi maintes et maintes fois, comme c’est le cas pour ce texte, sans jamais le plagier ici et là, mais en indiquant ce que je lui prenais : c’est un minimum de déontologie professionnelle…

 

20180430_140558

C’est une information intéressante après avoir indiqué que tout créateur devrait avoir dans son bureau « beaucoup de muguet frais ou, à défaut, brûler des bâtonnets  parfumés au muguet »…

Maintenant, je vais me taire pour cette année afin que vous entendiez ces clochettes qui vous apportent leur propre musique car il ne faut pas oublier que l’on passe aisément d’un art à l’autre comme c’est ici le cas de la poésie qui vous fait vivre une vraie musique…

Si vous avez vos propres connaissances sur le muguet, vous pouvez vous manifester dès maintenant,, car je suis certain que d’ici à un an vous aurez autre chose à faire que de penser à ces braves clochettes…

 

 

 Crédit Photo: Anne Buissart

Posté par ARMEE à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

le temps est-il irréversible ?

Michel Klein 001

 

La Rubrique Philosophique...

 

 

      de   Pierre Michel KLEIN

  

 

    Le futur est-il notre seul avenir ?

 

      Que le passé soit définitivement passé est une pensée plus paradoxale qu'il n'y paraît. Car d'où vient que nous affirmions ce caractère définitif ? De deux caractéristiques du temps.

       D'une part, le sens du temps est irréversible, il ne peut pas se retourner pour revenir en sens inverse. D'autre part, le temps est dirigé vers le futur et uniquement vers le futur. Ces deux caractéristiques se ressemblent, mais doivent être distinguées.

     Nous pourrions en effet imaginer un temps qui se dirigerait vers le passé et uniquement vers le passé, sans possibilité d'inverser son sens. En l'occurrence nous n'aurions d'avenir que l'exploration interminable de notre passé. Un tel avenir ne serait pas le futur indéterminé, mais un passé entièrement déterminé et interminablement parcouru. Quand dans ce cas un tel passé était présent, il ne pouvait que clopiner pas à pas vers un certain point de retour au ressassement, ceci pour parcourir à nouveau ce passé et retrouver ce point, et ressasser à nouveau, à l'infini.

 

        Cette fiction nous invite tout de même à ne pas confondre l'avenir - qui peut opter pour un futur inventif ou un passé  répétitif - et le futur, qui ne serait jamais que l'une des deux options. Le passé serait donc dit définitivement passé du fait d'un futur qui absorberait l'avenir jusqu'à ce que le passé disparaisse. Cela nous conduit à considérer le présent à l'image d'une sorte de lutte au terme de laquelle un vainqueur imposerait sa loi au vaincu. D'où ce paradoxe : le passé serait définitivement passé non pas parce que son avenir est impossible, mais parce que le futur l'interdit.

     Cette manière de présenter les choses amène à une nouvelle distinction. Car si notre avenir pouvait n'être qu'une exploration sempiternelle de notre passé, comme si nous devions passer l'éternité sur un divan de psychanalyste, c'est que le temps n'est pas si irréversible qu'il n'y paraît. Car en droit -sinon en fait - il peut accueillir un contenu parfaitement identique au passé disparu.

   Le temps se montrerait ainsi infiniment ouvert à tout devenir, aventure ou ressassement, selon que ce devenir emplirait son avenir soit du futur, soit du passé. Pourtant, par lui-même, ledit avenir serait parfaitement indifférent à ce qu'un devenir devient. D'où la distinction annoncée : ce n'est pas l'avenir qui place le futur devant nous, c'est notre devenir qui lui donne cette place.

 

  Mais vous direz qu'une chose est de ressasser le passé, une autre est de le vivre à nouveau.

Affirmer cela est très raisonnable, car celui qui croit revivre son passé poursuit en réalité son parcours dans le temps irréversible, bien que plongé dans les délires d'un psychopathe. « Le futur et l'avenir sont une seule et même chose, proclamez-vous, et il faut être fou pour affirmer percevoir le passé lui-même quand on ne fait que se le rappeler, y rêver ou halluciner ! »

 Soit. Tout paraît conduire à se résigner au temps irréversible, à son avenir prometteur et son passé englouti. Le temps passe, un homme devient, l'avenir du temps et le futur d'un devenir s'accompagnent depuis toujours, pour toujours, indissociablement. Les dissocier, penser un avenir accueillant un autre temps que le futur, cela semble bien n'être qu'une pensée de fou.

 

 Que l'avenir puisse se voir dépouillé des possibilités auxquelles ouvre le futur, et se diriger vers les clôtures du passé, cela n'est pas une pensée de fou. C'est la pensée d'un mort. Bien sûr penser qu'un mort pense, est fou. Déjà parce que cela est absurde : si un mort pensait, il ne serait tout simplement pas mort. « Si un mort pensait... » n'est alors jamais que la première proposition de ce raisonnement : « si un mort pensait, il saurait que son avenir s'est figé dans son passé. Or il ne pense pas, donc il ne le sait pas. » Aussi nous faut-il le savoir à sa place. Oui pour lui, l'avenir s'est bien dissocié du futur et s'est entièrement confié au passé, de sorte que ce passé soit son seul avenir.

Mais la mort est, pour nous aussi, la fin inévitable. Donc au bout du compte, pour l'individu que nous sommes, le passé est le seul avenir. Espérons  ne pas avoir à le regretter.

 

 

Posté par ARMEE à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2018

Fragilité du poisson rouge...

Michel Klein 001

 La rubrique philosophique

 

         de Pierre Michel KLEIN

 

                        Votre fragilité

 

 

              Depuis des centaines de millions d'années, les espèces et les individus ont dû s'adapter à leur environnement pour y vivre et pour y survivre. A chaque étape de leurs multiples évolutions et face à d'innombrables dangers, leur question était simple : quelle est la défense suffisamment efficace ?

Pourtant, ce qui est en premier lieu leur problème n'est pas cette capacité à se défendre, mais la nécessité de le faire. Car chacun y est mystérieusement contraint par cette condition universelle et initiale : une certaine et permanente fragilité.

 

        Qu'un être soit ainsi fragile, cela introduit en lui un principe de destruction. D'abord de destruction possible : un souffle, un rien peut l'anéantir, notait Pascal. Mais aussi de destruction nécessaire : tout homme va mourir et il le sait, notait le même Pascal. Votre fragilité est alors double. Il y a celle qui permet à un malheureux accident d'éliminer votre bienheureuse essence. Mais il y a surtout celle de votre essence elle-même, qui mènerait à sa propre élimination.

       Pourtant, à y regarder de près, ces deux aspects -mort possible, mort nécessaire- au fond se rejoignent. Car si un accident peut toujours arriver et vous détruire, c'est que votre essence contient, non pas à proprement parler un principe destructeur, mais une propriété qui vous rend destructible. Par exemple les atomistes de l'Antiquité considéraient que tout corps est un assemblage destructible d'atomes indestructibles. Par là il faudrait comprendre que votre fragilité vient des liaisons constitutives de votre corps, et au- delà, peut-être, de toute liaison qui vous est essentielle.

     Être ainsi destructible fragilise chacun de vos instants et vous mène à une défense constante contre ce que vous pensez pouvoir vous éliminer. Aussi votre fragilité exige-t-elle de vous une extrême vigilance qui sache distinguer les indices d'une éventuelle menace. Le monde devient alors un ensemble de signes parmi lesquels il faut repérer ceux qu'il est vital de comprendre.

   Or par la puissance extraordinaire des techniques d'aujourd'hui, de toutes parts vous parvient une multiplicité innombrable d'informations. Mais vous ne pouvez pas, bien sûr, envisager l'immensité d'un tel ensemble, et il vous est impossible de ne pas vous tromper.  De sorte que votre destruction viendra peut-être, un jour ou l'autre, d'une simple erreur d'interprétation. Car plus il y a de signes, plus la lecture est exigeante, et plus l'erreur devient inévitable.

   Peu à peu, d'innombrables procédés microphysiques viennent combler telle ou telle faille, semblant prendre en charge toute source de vos faiblesses pour vous dégager de votre angoisse de disparaître, et vous vouer à celle d'exister. Les avancées de la médecine, les décisions des pouvoirs, la digitalisation du quotidien vous inquiètent parfois mais plutôt vous rassurent, et en tous cas vous mènent à déléguer le sentiment de votre fragilité à qui peut vous la faire oublier. Pourtant un incident parfois, un événement, une commotion inattendue vous la rappelle et vous bouleverse, vous laissant brusquement orphelin comme de votre monde lui-même. Alors abandonné à votre individualité radicale, vous voilà seul, purement et simplement fragile, seul aussi à vous apercevoir que cette épreuve de vous savoir destructible est désormais votre dernier rempart contre l'imprévu.

   Car les savoirs ont beau s'amplifier, les pouvoirs augmenter, la fragilité demeure, Elle ressemble à l'inquiétude d'une maman quand s'éloigne son enfant : sa pensée ne quitte jamais l'instant où apparut la vulnérabilité de son nouveau-né.

   Une telle fragilité est cependant la donnée commune des astres, des pierres, des plantes, des bêtes et des humains dont elle semble fonder toute variation, toute évolution, toute révolution. Chaque poussière a sa maman qui veille, et quant à elle, absolument rien ne change. En cela cette infinie faiblesse s'apparente paradoxalement à l'invariante et immense énergie de l'Univers, avec laquelle elle semble former un couple étrange que lierait ce secret : « Toute puissance qui bouleverse  suppose une fragilité qui protège ».

 

 

 

Posté par ARMEE à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2018

Quand l'événement des Antipodes s'impose en temps réel...

Michel Klein 001

 

La rubrique philosophique            

     de  Pierre Michel KLEIN

 

                                         

                                     

             Les généralités

 

 

              Nombreux sont les romans ou les films qui vous montrent une destinée singulière prise dans un drame de l'Histoire. Par exemple Jean Valjean dans la révolution de 1830, ou le Docteur Jivago dans celle de 1917 etc. Vous savez que ces personnages sont fictifs, mais vous savez aussi que leur situation est historique. Or longtemps après de telles époques, aucune perception, aucune mémoire ne permettent d'éprouver le vécu même de tels moments. Reste à vous en remettre au romancier ou au cinéaste pour en imaginer une scène particulière, et à l'historien pour en recomposer le contexte compliqué. Dès lors, le lecteur (ou le spectateur) que vous êtes se voit bel et bien imaginairement plongé dans la tourmente, mais heureusement sans être physiquement tourmenté par ses périls.

      Sauf que, au même instant, vous restez un individu de votre propre époque, avec ses dangers dont vous ne pouvez pas vous extraire. De sorte qu'installé dans votre profond fauteuil, la manière dont vous vivez l'Histoire se montre ambiguë. Car elle vous présente deux faces incompatibles : l'une violente mais inoffensive, l'autre pacifique mais menaçante. C'est que lorsque les individus, leur mémoire ou l'écho de leur parole disparaissent, la réalité vient  se loger dans une dernière demeure : celle des généralités. L'historien essaiera d'en connaître les fondations, les piliers et les charpentes, et l'emplira de détails érudits. Le romancier tentera d'y loger un héros représentatif tissé au fil d'informations diverses, mais sa  technique n'empêchera pas son personnage de ne s'agiter que sur un écran de généralités. Sur ce même écran, le cinéaste fera alors pénétrer un comédien chargé de simuler singulièrement une expression individuelle et il emportera enfin l'émotion du spectateur.

Mais l'artiste reste hors de l'épreuve dramatique qu'il joue, et le spectateur le sait. Si les violences peuvent être montrées, c'est sans la violence de la violence. Aussi ne sont-elles pas montrées, mais seulement représentées, et c'est pourquoi aucun art ne réussit à quitter la sphère paisible des généralités. Aussi toute réalité paraît-elle destinée à se figer, malgré les tentatives, dans une sorte de palais monumental occupé par la foule des substituts échouant à incarner la terreur vivante des morts. L'Histoire est faite pour qu'on l'oublie.

Ce qui semble nouveau, c'est que l'Histoire immédiatement contemporaine n'échappe pas à cette sphère des généralités. Car le monde entier se montre désormais dans de multiples images, en « temps réel » dit-on. Cela signifie que la réalité la plus lointaine s'expose à l'instant même où s'impose la réalité la plus prochaine. Or exposer n'est pas imposer. L'information qui expose un événement tragique situé aux antipodes ne s'impose pas comme la simple perception d'une limande-sole sur l'étal d'un poissonnier. Dans les allées du marché, le promeneur s'entend interpellé par le cri des marchands, attiré par le fumet des saucisses grillées, attendri à la vue des salades et des champignons qui l'invitent au déjeuner de midi. Au lieu que le drame des antipodes vous parvient par quelques représentations sans doute troublantes, mais avec la même ambiguïté que celles portées par le passé. Vous pouvez bien contempler une étoile, elle restera lointaine, fondue dans l'indifférence des généralités du ciel.

 

Le loin est fait pour rester loin, aucun mode de sa présence n'y fait rien. Ledit «temps réel» ne franchit une distance qu'en transformant un événement dramatique en un fait historique, et sa singularité en généralité. Par là un fait contemporain semble immédiatement absorbé dans l'Histoire, car son information est reçue sous la forme d'une neutralisation instantanée. Comme si ce genre de représentation devait transformer toute violence en un épisode, et n'accorder d'un drame qu'une image actuelle de sa disparition. Ainsi le «  temps réel » échoue-t-il encore à se saisir de la terreur vivante des morts. L'Histoire, même la nôtre, est faite pour qu'on l'oublie.

Bien que vous habitiez au centre de votre petit monde, des techniques fabuleuses vous dotent d'une gigantesque paire de jumelles. Pourtant même un télescope ne permet pas de s'emparer du réel, pas plus que regarder une étoile ne la met à votre portée. « Il n'y a de science que du général » disait Aristote. Cette formule vous imprègne aujourd'hui d'une impression singulière : que la formidable portée des savoirs a beau sembler illimitée, elle ne dépasse jamais le bout de votre nez...

 

  

Posté par ARMEE à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2018

Tangence de la réalité et de la pensée

 

Michel Klein 001

La rubrique philosophique

 

       de  Pierre Michel KLEIN

 

                                      

            Touchante vérité

 

 

  La logique donne une définition élémentaire de la « vérité » : l'adéquation entre une proposition de la pensée et une donnée de la réalité. Si, avant de sortir, vous prenez votre parapluie en pensant qu'il doit pleuvoir et si, en sortant vous constatez qu'il pleut, vous songez : « c'est ce que je pensais, j'ai bien fait de prendre mon parapluie ! ». Vous pourriez aussi vous dire : ce que je pensais était «vrai ».

     Tout de même, dans d'autres cas, constater ce qu'est (ou n'est pas) la réalité peut présenter plus de difficultés. Soit, mais n'encombrez pas votre esprit et restez-en prudemment à ce premier principe : si votre pensée correspond à la réalité, alors votre pensée est vraie. A vous en tenir là, c'est toute votre existence qui baigne dans la vérité. Le moindre de vos gestes, allumer une lampe, saisir une tasse, ouvrir la porte, descendre l'escalier, tout cela contraint  à conformer votre corps à la forme des objets. Par exemple, sans même le remarquer, en disposant vos lèvres d'une certaine manière s'il s'agit de manger une pomme, et d'une autre pour jouer de la trompette. Toujours un ordre venu du réel se présente et vous confronte à ce qu'il commande.

   De même un travail manuel ne transforme une matière qu'en obéissant à sa loi. Quoi que vous fassiez, vous serez comme le menuisier à l'écoute du bois, comme le serrurier aux ordres du métal et le maçon à ceux de la gravité. Chaque fois la vérité jugera de votre adéquation à la règle des choses, et au bout du compte vous finirez par reconnaître l'universalité de cette devise : " réalité impose, pensée dispose, vérité sanctionne".

     Pour vous représenter cela, imaginez un cercle. A l'intérieur de ce cercle, votre conscience. A l'extérieur, la réalité. Où se trouve la vérité ? Comme à la lisière, là où la tangence des choses touche à la pointe de vos pensées. C'est comme si, en chaque point de la circonférence, pensée et réalité paraissaient s'effleurer, comme si de cette fragile rencontre naissait une « vérité ». Ainsi en la cherchant, un peintre ajouterait-il une touche à son tableau, tandis qu'à son écoute un pianiste veillerait au « toucher » de ses doigts. Par une sensibilité semblable, vous-même choisirez parfois de vous taire avec sincérité, plutôt que de parler avec franchise : par simple « tact » vous aurez préféré une vérité audible à la réalité désastreuse. Car les mots en appellent au sens du toucher, et chacun devine à quoi ressemble la vérité. Même dans un laboratoire, l'expérimentateur qui met à l'épreuve son hypothèse la plus sophistiquée attend un contact de ce genre, pour enfin s'exclamer : « c'est pourtant vrai... ! »

      La vérité se touche, mais en quel sens, « toucher » ? En ce sens qu'elle provoque une certaine émotion. Souvenez-vous de l'enthousiasme légendaire d'Archimède : « Eurêka ! » La collision de sa pensée et de la réalité fit surgir une soudaine et immense joie. De même le monde entier fit subitement gloire à Einstein dès l'instant où l'expérience vérifiait sa théorie. L'accélération du pouls semble ici mesurer le degré de vérité davantage qu'une observation neutre et sereine. D'où d'ailleurs les fameux détecteurs de mensonges, qui se fient aux manifestations du corps plutôt qu'aux expressions de la parole. La froide objectivité naîtrait aussi d'une chaleur venue du cœur. 

     La vérité est comme une main posée sur votre épaule quand vous n'allez pas bien. Parfois ce sont les choses qui parlent, et la science vous aide à traduire leurs pensées. Parfois votre prochain vous aime comme lui-même, et votre nuit s'éclaire. Mais souvent vous vous trouvez tout à fait seul. Qu'est-ce que la vérité alors ? Elle est cette dernière confiance qui s'attache lorsque vous ne comprenez rien et que personne ne vous connaît plus. Tout alors vous isole du monde, et puis la mort vous en retire, mais l'adéquation demeure. Comme si la vérité continuait de maintenir, même au-delà d'un dernier souffle, que le monde tient à vous.   

 

Posté par ARMEE à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2018

Pourquoi cette lenteur innée ?

 

 La rubrique philosophique

Michel Klein 001

 

        de Pierre Michel KLEIN

 

 

                Notre Lenteur                  

 

       Chaque premier de l'an ne revient que le premier de l'an, ni avant ni après. Il faut donc attendre une année entière pour accueillir son arrivée…

     Si le seul moment de réjouissances était celui-là, l'année ressemblerait à un long tunnel, fait de jours obscurs, avant l'avènement de cette brève lumière. C'est alors que l'épaisseur d'un tel intervalle nous apparaîtrait vraiment : la lenteur d'une année qui passe, l'extrême lenteur du temps. Heureusement la variété des saisons, la guirlande des célébrations, le flot de nos préoccupations détournent notre attention de cette lenteur. Pas plus alors que nous avons le sentiment que la terre tourne, nous n’éprouvons la course de notre planète autour du soleil, jour après jour, durant toute une année. La lenteur est notre vie elle-même, en tant que nous ne la remarquons pas.

Nous n’éprouvons que les accélérations du mouvement, non le mouvement lui-même. Nous pouvons ainsi traverser en avion l'océan Atlantique sans sentir le moindre tremblement,  de même l'année pourrait se passer sans se faire remarquer, sauf le 31 décembre à l'atterrissage, et le 1er janvier au décollage.

     Il faut un événement pour apercevoir le passage du temps. Alors s'il n'est pas subi, il faut l'inventer. Le premier de l'an est un événement imaginaire, mais lequel ? Celui qui consiste à représenter tous les jours de l'année non dans ce qu'ils nous apportent ou nous retirent, mais ce qu'en chacun aussi il ne se passe rien, absolument rien, sauf ce temps pur, le temps qui passe. De même nous pourrions inventer une fête pour nous apercevoir que nous respirons, que nous dormons, que notre sang circule, que nos yeux voient, que notre main saisit une fourchette...

C'est peut-être cela que nous célébrons le jour de l'an : que vivre, c'est par bonheur aussi ne pas le savoir. Au premier de l'an se fêterait l'effectivité de notre vie même, non ses aventures ou ses ennuis, non son aisance ou sa misère, mais ce fait de simplement exister et d'entendre au seul battement de son propre cœur l'ultime secret des choses : ce qui arrive est aussi comme rien.

  Le 1er de l'an se célèbre la lenteur, non pas celle de la terre qui tourne autour du soleil sans que nous en éprouvions le mouvement, mais celle de notre propre vie dont le temps est imperceptible et dont les événements nous dissimulent le cours tranquille. Les images d'une telle lenteur ne manquent pas : celle d’un arbre qui pousse, celle d'un immeuble qui demeure, celle d'un souvenir qui se maintient en nous et vers lequel nous pouvons à tout moment nous reporter. La lenteur est le passé lui-même en tant qu'il suit sa propre loi, une autre loi toutefois que celle du temps et de ces choses auxquelles il arrive quelque chose. Car le passé s'arrange pour qu'il ne lui arrive rien. Une fois par an cela semble pour nous être une fête : c'est comme si ce jour-là  rien ne pouvait nous arriver. Car en ce jour se révèle peut-être une part étrange de cette chose que nous sommes, celle à laquelle jamais rien n'arrive, pas même naître, pas même mourir. Cette part étrange : notre lenteur.

  La lenteur de notre être n'est pas d’une vitesse relativement réduite, car petite elle l'est absolument, comme la lumière se propage à une vitesse absolument maximale ou comme le zéro absolu fige les choses en leur température absolument minimale. Cette lenteur-là fait signe à chacun d'entre nous qu'il est en voyage, que l'Univers est en voyage, et qu'il suffit de regarder par la fenêtre pour remarquer non pas une différence dans le paysage, mais ce simple sourire que nous adresse le néant.

 

 

Posté par ARMEE à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2017

Face à des problèmes défiant l'imagination

Édité pour vous au Canada

 

 

Dans les montagnes russes des approximations

fictives d'un professeur... ne respectant plus ces

fameuses "exceptions confirmant la règle" !!!

 

 

XYZ Professeur

XYZ.La revue de la nouvelle est distribuée et diffusée en Europe par : Librairie du Québec,

30 rue Gay-Lussac, 75005 PARIS

tél: 01 43 54 49 02  , télécopie: 01 43 54 39 15

 

www.librairieduquebec.fr  ; libraires@librairieduquebec.fr

 

Le texte ci-dessus est présenté - sur sa demande - par la Maison d'Edition.

 

 

Posté par ARMEE à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2017

Quelques heures avant Noël...

Les habitants de nos campagnes

préparent aussi la Fête de Noël !

 

lumiere2

sapin bleuCertes, une loi sur la laïcité a été votée dans notre pays en 1905 après des siècles durant lesquels avait règné le catholicisme, mais il n'a pas été dit pour autant que nous, Français de souche, ne pouvions plus êtres catholiques... Il ne nous a d'ailleurs jamais été prouvé, ni dit, depuis cette fameuse loi, s'il y avait un Dieu et, dans le cas d'une telle existence, l'attitude que nous devions avoir vis-à-vis de lui.

La France est encore aujourd'hui un pays dans lequel règnent la liberté de pensée et la liberté d'expression, encore que ce dernier point sera discuté par des journalistes qui, comme moi, auront retrouvé de temps à autre certains de leurs papiers nettement réduits par rapport à l'article d'origine.

Toutefois, je continue de penser que cette liberté de pensée et d'expression est essentielle pour le bonheur de mes concitoyens...

Par exemple, lorsque je me suis marié, nos témoins - ceux de mon épouse et les miens - étaient catholiques comme les mariés sauf deux...L'un des miens était un ami que je connais maintenant depuis cinquante ans et qui est de religion juive, l'autre, une amie anglaise qui me recevait chaque année, quelques jours chez elle, au Pays de Galles, aujourd'hui disparue, était de religion anglicane...

Si quelqu'un avait tenté d'empêcher mon mariage dans ces conditions, je crois que je me serais mis en colère car, pour moi, la laïcité génère dans mon esprit la liberté de pensée et aussi celle d'agir en fonction de ses convictions, des convictions générées par des faits importants et obligeant à accepter l'autre...

Je veux dire que je n'accepterai pas de migrants blessant l'un de mes compatriotes seulement par haine en s'en tenant à sa religion qui l'invite à tuer son prochain, je ne peux pas non plus accepter ces tueries de terroristes que nous avons connues depuis quelques mois: comment admettre un homme, ne vivant pas trop mal dans son pays, le quittant pour aller tuer d'autres hommes ailleurs?

Ce n'est pas là ma conception de la laïcité et de la liberté...

 

Lumière 1

P1010724                                         Aussi en cette période durant laquelle approche "La trêve des confiseurs", suis-je heureux que des hommes et des femmes soient restés fidèles à la Fête de Noël et la préparent avec bonheur un peu partout, y compris sur la Côte D'Azur où j'ai le bonheur de résider...

François LÉGER

 

Crédit Photos: Agnès TUO

 

Posté par ARMEE à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2017

Genres littéraires et artistiques...

Déjà la 11 ème Édition...

 

Les Coordées 2018

I) CONDITIONS de PARTICIPATION

 

  • PRIX DE LA BELLE CORDIERE : Poésie classique - Thème libre  -  2 textes
  • PRIX DE LA ROSE D’OR : Poésie libre - Thème libre - 2 textes (40 lignes maxi par texte)
  • PRIX DU CALLIBOUR : Poèmes courts  - forme classique  – Thème libre – 2 textes
  • PRIX D’EVELYNE : Calligrammes ou acrostiches – Thème libre - Un seul texte
  • PRIX DU CHAT PERCHE : Conte ou nouvelle – Thème libre - 1 texte n’excédant pas 5 pages
  • PRIX DU VIRGILE TRAVESTI : Texte humoristique ne dépassant pas 5 pages – Thème libre
  • PRIX DE LA MARQUISE DE SEVIGNE : Lettre n’excédant pas 3 pages.
  • PRIX DENISE BOIZOT : Toutes formes de texte ayant pour thème : « Le ciel, le soleil et la mer" - 1 texte (moins de 5 pages )
  • PRIX DES CONSTELLATIONS : Conte, poésie ou lettre - thème libre - un texte collecif n'excèdant pas cinq pages. Seuls les groupes peuvent participer (atelier d'écriture, maison de retraite, etc).
  • PRIX ALAIN STIENNE : Art postal ou Mail art,  thème : "Le ciel, le soleil et la mer'". création d'une enveloppe avec toutes les techniques de votre choix: peinture, dessin, collage... à partir d'une enveloppe achetée ou fabriquée

 

II  – AUTRES CONDITIONS DE PARTICIPATION

 

  • Le concours est ouvert aux auteurs francophones du monde entier jusqu’au  30 juin 2018
  • Les premiers lauréats ne peuvent pas concourir l'année suivante dans le même prix.
  • Prix des Constellations : seuls, les groupes (atelier d'écriture, maison de retraite) peuvent participer collectivement.
  • Le Prix Alain Stienne est ouvert à tous

 

III  – CONSIGNES

 

  • Les textes seront dactylographiés sur une feuille 21x 29,7 - en 4 exemplaires. 

Pour la poésie, les textes 1 et 2 agrafés ensemble. Les poèmes courts (callibour) seront présentés sur la même page.  Police Times New  Roman ; Taille 12

     . Seul, le recto de la  feuille doit être imprimé, sans le respect de cette règle, le texte ne sera pas pris en compte

      Aucune couleur ni illustration ne sera admise dans les textes, 

 

   . Indiquez en haut et à droite des textes une référence de 3 chiffres et 3 lettres ainsi que la section choisie :

  ex: 125 BJC – prix de la rotonde (NB: Cette référence sera la même pour toutes les sections.) 

  . Les enveloppes du Prix Alain Stienne doivent être envoyées par la Poste, dûment timbrées, portant le nom de l'expéditeur. Lors de la remise au jury, les noms seront cachés pour respecter l'anonymat.

 

 IV – QUELQUES PRÉCISIONS

 

  • POÉSIE LIBRE : (deux textes) Poésie rimée et non rimée, sans application de règle stricte. Les poèmes doivent être construits, imagés, émouvants…. 40 lignes maximum par texte.
  • POÉSIE CLASSIQUE : (deux textes). Les règles doivent être impérativement respectées ; tout manquement entraînera l’annulation de vos textes.
  • POEMES COURTS : Attention, les poèmes courts sont des textes courts à forme fixe  (haïkus, tankas, cinquains…). En aucun cas de simples petites poésies.
  • CONTE : (un texte n'excédant pas cinq pages) Récit court, totalement imaginaire, faisant appel au fantastique, au merveilleux ou au rêve.
  • NOUVELLE : (un texte n'excédant pas cinq pages) Récit court relatant un événement ou une action comportant peu de personnages.
  • ART POSTAL OU MAILART : c'est la création d'une enveloppe avec toutes les techniques de votre choix :peinture, dessin, collage... à partir  d'une enveloppe achetée ou fabriquée.

 

 V – DROITS D'INSCRIPTION

 -       9€ pour une catégorie (sauf pour le Prix Alain Stienne et le Prix de la Constellation où la participation est gratuite)

-       Ensuite 5 € par catégorie supplémentaire

-       + 3 timbres au tarif en vigueur. Pour les pays autres que la France, merci d’ajouter 4 € à votre règlement global en remplacement des timbres.

 

VI – VOTRE ENVOI

 

 Glisser dans une enveloppe cachetée la fiche d’inscription correctement remplie.

 Mettez sur cette enveloppe votre référence et le (les) prix(x) choisi(s). Votre anonymat est ainsi respecté.

 Votre envoi (non recommandé ) se compose donc ainsi :

 - Vos textes en 5 exemplaires (pour la poésie textes 1 et 2 agrafés ensemble,  ou feuilles agrafées pour les contes et nouvelles

 - Votre enveloppe cachetée contenant  votre fiche d’inscription dûment remplie  

- 3  timbres au tarif en vigueur au moment de l’envoi. 

- Un chèque  à l’ordre de l’APF.

Les enveloppes du Prix Alain STIENNE, affranchies selon le tarif en vigueur, doivent être envoyées par La Poste au même titre qu'une enveloppe normale. Elles portent un code d'anonymat à côté de l'adresse de l'expéditeur. La participation à ce prix est gratuite !

Envoyez le tout à cette adresse uniquement :

Marie-Agnès Brossard – 50, avenue Edouard Millaud – 69290 Craponne

04 78 44 85 04 – brossard.marie-agnes@wanadoo.fr

 

VII  - REMISE DES PRIX

 La remise des prix aura lieu en octobre 2018  dans un lieu encore tenu secret.

  • Les prix sont : diplômes, trophées, etc. Les prix devront être retirés par les lauréats ou une personne dûment mandatée.
  • Seuls les diplômes seront acheminés gratuitement par voie postale. Les  trophées devront être retirés par une personne dûment mandatée. Ou, si vous le demandez, ils vous seront envoyés contre la somme de 10€
  • Les textes ne seront pas rendus. 
  • Le jury est composé de membres reconnus de la littérature et d'un ¨candide¨.
  • Les décisions du jury sont sans appel. 
  • La participation à ce concours implique l’acceptation stricte du présent règlement.

 

 

Explications sur le nom des Prix

 

 Le prix de la Belle Cordière : Je suis lyonnaise et ne manque pas vraiment une occasion de le rappeler. Lyon ne fut-elle pas la capitale des Gaules et, au XVIe, un pôle culturel très important où se retrouvaient grands imprimeurs, médecins célèbres et poètes. Ils se rassemblaient dans les jardins de la belle cordière, Louise Labé, épouse d’un cordier très réputé et poétesse. Pour nous, elle incarne les cordées et la poésie classique.

 Le prix de la rose d’or nous emmène dans la France d’avant la révolution. Un concours littéraire, les Floralies d’Aquitaine, avait pour prix un bijou, une aubépine d’or. C’est à cela, qu’un certain messire Fabre dut le nom sous lequel l’histoire le reconnaitra. Fabre d’Eglantine est un des chantres de la Révolution. C’est un peu lui qui remet le prix de la poésie libre.

 Le prix du callibour récompense les poèmes courts à forme fixe (haïkus, tankas, cinquains, calembour…) Ne cherchez pas le mot callibour dans le dictionnaire, il n’y est pas. En fait, il n’existe pas. Callibour est la contraction de calligramme et de calembour. Un grain de folie ne nuit pas !

 Le prix du chat perché, prix de contes et nouvelles, doit son nom à Marcel Aymé : les contes du chat perché.

Le prix du Virgile Travesti  rassemble des textes drôles, humoristiques. J’ai choisi ce nom en hommage à Paul Scarron, un poète, romancier, du XVII°, grand handicapé et figure de proue de la littérature burlesque.

 Le prix de la marquise de Sévigné récompense la meilleure lettre d’amitié, genre qui a rendu célèbre la marquise.

  Le prix Denise Boizot nous rappelle une grande dame des cordées et de l’association des Paralysés de France. 3/10ème de vision à un œil, rien à l’autre, des jambes raides, elle guide difficilement son fauteuil électrique avec ses mains déformées, a besoin de bénévoles pour lui lire les cordées.  

Le prix d’Evelyne : Ce prix se réfère à Evelyne Delacourt, responsable adjointe des cordées. Il s’adresse aux auteurs de calligrammes ou d’acrostiche qui brodent avec les mots comme Evelyne le faisait avec les fils.

Le prix des Constellations  s'adresse à  des groupements de personnes, des constellations, comme le fut en son temps La Pléiade qui regroupait Ronsard, Du Bellay, Jacques Pelletier du Mans, un des premiers défenseurs de la langue française.

Le prix Alain Stienne: passionné d'art postal, les courriers d'Alain étaient attendus par chaque cordiste. Un hommage à ce cordiste attachant, humaniste et ô combien regretté aujourd'hui. Ce prix est un clin d'oeil d'amitié.

 

 

FICHE D'INSCRIPTION (à joindre impérativement)                                                        

 

CONCOURS INTERNATIONNAL DES CORDEES

11ème édition – 2017-2018)

 

N° D'ANONYMAT (trois letres et trois chiffres à rajouter en haut et à droite de votre texte)

 

 PRIX  DE LA BELLE CORDIERE(2textes)  

1°) ………………………………………………………………………………………..

2°) ………………………………………………………………………………………..

PRIX DE LA ROSE D’OR: (2textes)

1°) ………………………………………………………………………………………..

2°) ………………………………………………………………………………………..

PRIX DU CALLIBOUR :(2 textes)

1°)………………………………………………………………………………………………

2°)………………………………………………………………………………………………

PRIX DU CHAT PERCHE : (1 texte)  ………………………………………………………….

PRIX DU VIRGILE TRAVESTI : (1 texte)……………………………………………………………

PRIX DE LA MARQUISE DE SEVIGNÉ : (1 texte)   ……………………………

PRIX DENISE BOIZOT : (1 texte)…………………………………………………………….

PRIX D’EVELYNE :(1 texte)…………………………………………………………….

PRIX DES CONSTELLATIONS: (1 texte)........................................................

PRIX ALAIN STIENNE : (1 enveloppe)..............................................................

 

 

NOM    ………………………………………………… Prénom  ………………………………..……………….

 

Adresse : …………………………………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………………………………………...

 

Lieu-dit…………………………………………………………..…………………………………………………

 

Ville ……………………………………………………………Code Postal …………………….

 

Téléphone fixe ……….…………………………… Portable : ………………………………………….

 

courriel  …………………………………. ……………………….@........................................

 

 J'autorise l'association Regards à publier l'un de mes textes dans sa revue 2000 Regards et sur Internet http://www.regards.asso.fr/ , sur son blog http://2000regards.over-blog.org/ et l'APF à les publier sur le site des Cordées http://www.cordées.apf.asso.fr/, sur son blog http://lescordées.blogs.apf.asso.fr/  et dans ses parutions internes ( En Direct APF)...

 

NOM et Prénom :

             OUI                                         NON                                      Signature

 

Fait à .........................................................le

Nom,                                                                         Prénom

 

 

 

Posté par ARMEE à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]