François Léger

01 septembre 2019

Touchante vérité...

Michel Klein 001

La rubrique philosophique

 

de  Pierre Michel KLEIN

 

 

                                   Touchante vérité

 

 

    La logique donne une définition élémentaire de la « vérité » : l'adéquation entre une proposition de la pensée et une donnée de la réalité. Si, avant de sortir, vous prenez votre parapluie en pensant qu'il doit pleuvoir et si, en sortant vous constatez qu'il pleut, vous songez : « c'est ce que je pensais, j'ai bien fait de prendre mon parapluie ! ». Vous pourriez aussi vous dire : ce que je pensais était «vrai ».

     Tout de même, dans d'autres cas, constater ce qu'est (ou n'est pas) la réalité peut présenter plus de difficultés. Soit, mais n'encombrez pas votre esprit et restez-en prudemment à ce premier principe : si votre pensée correspond à la réalité, alors votre pensée est vraie. A vous en tenir là, c'est toute votre existence qui baigne dans la vérité. Le moindre de vos gestes, allumer une lampe, saisir une tasse, ouvrir la porte, descendre l'escalier, tout cela contraint  à conformer votre corps à la forme des objets. Par exemple, sans même le remarquer, en disposant vos lèvres d'une certaine manière s'il s'agit de manger une pomme, et d'une autre pour jouer de la trompette. Toujours un ordre venu du réel se présente et vous confronte à ce qu'il commande.

   De même un travail manuel ne transforme une matière qu'en obéissant à sa loi. Quoi que vous fassiez, vous serez comme le menuisier à l'écoute du bois, comme le serrurier aux ordres du métal et le maçon à ceux de la gravité. Chaque fois la vérité jugera de votre adéquation à la règle des choses, et au bout du compte vous finirez par reconnaître l'universalité de cette devise : « réalité impose, pensée dispose, vérité sanctionne.

    Pour vous représenter cela, imaginez un cercle. A l'intérieur de ce cercle, votre conscience. A l'extérieur, la réalité. Où se trouve la vérité ? Comme à la lisière, là où la tangence des choses touche à la pointe de vos pensées. C'est comme si, en chaque point de la circonférence, pensée et réalité paraissaient s'effleurer, comme si de cette fragile rencontre naissait une « vérité ». Ainsi en la cherchant, un peintre ajouterai-t-il une touche à son tableau, tandis qu'à son écoute un pianiste veillerait au « toucher » de ses doigts. Par une sensibilité semblable, vous-même choisirez parfois de vous taire avec sincérité, plutôt que de parler avec franchise : par simple « tact » vous aurez préféré une vérité audible à la réalité désastreuse. Car les mots en appellent au sens du toucher, et chacun devine à quoi ressemble la vérité. Même dans un laboratoire, l'expérimentateur qui met à l'épreuve son hypothèse la plus sophistiquée attend un contact de ce genre, pour enfin s'exclamer : « c'est pourtant vrai... ! »

 

      La vérité se touche, mais en quel sens, « toucher » ? En ce sens qu'elle provoque une certaine émotion. Souvenez-vous de l'enthousiasme légendaire d'Archimède : « Eurêka ! » La collision de sa pensée et de la réalité fit surgir une soudaine et immense joie. De même le monde entier fit subitement gloire à Einstein dès l'instant où l'expérience vérifiait sa théorie. L'accélération du pouls semble ici mesurer le degré de vérité davantage qu'une observation neutre et sereine. D'où d'ailleurs les fameux détecteurs de mensonges, qui se fient aux manifestations du corps plutôt qu'aux expressions de la parole. La froide objectivité naîtrait aussi d'une chaleur venue du cœur. 

      La vérité est comme une main posée sur votre épaule quand vous n'allez pas bien. Parfois ce sont les choses qui parlent, et la science vous aide à traduire leurs pensées. Parfois votre prochain vous aime comme lui-même, et votre nuit s'éclaire. Mais souvent vous vous trouvez tout à fait seul. Qu'est-ce que la vérité alors ? Elle est cette dernière confiance qui s'attache lorsque vous ne comprenez rien et que personne ne vous connaît plus. Tout alors vous isole du monde, et puis la mort vous en retire, mais l'adéquation demeure. Comme si la vérité continuait de maintenir, même au- delà d'un dernier souffle, que le monde tient à vous.   

 

                                                             

 

Posté par ARMEE à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 août 2019

Comment se présenter à ce concours...de poésie ?

Numérisation_20190725 (3)

Posté par ARMEE à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2019

Soyez l'heureux lauréat de ce concours...

Numérisation_20190725 (2)

Posté par ARMEE à 13:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2019

Dix mots imposés à votre plume

Numérisation_20190725

Posté par ARMEE à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2019

Un temps passe en nous, en lectures poétiques et musique

Numérisation_20190528

Posté par ARMEE à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 juin 2019

Un tour du monde philosophique en quatre-vingts instants...

         Perspective d'un instant...  

 

Chacun perçoit le temps au moins de deux manières: par les jours, par les mois et les années qui passent; et par l'instant présent que l'on semble chevaucher sans jamais le quitter. Dès que notre conscience s'éveille, nous nous rappelons parfois hier, ou bien nous anticipons demain, mais tout cela entièrement plongés dans notre aujourd'hui même. Aussi Saint Augustin affirmait-il qu'il n'y a qu'un temps, le présent, et qu'en lui seul s'animent tout passé dont nous gardons mémoire et tout futur que nous envisageons. 

Numérisation_20190618

Or ce présent,chacun le perçoit au moins de deux manières. Il peut s'étendre à l'ample aujourd'hui, se limiter à ce matin, ou plus précisèment encore à cette heure-ci ou à cette minute même. Mais le présent peut aussi se réduire infiniment à l'extrême pointe de l'instant, lequel n'est ni aujourd'hui, ni cette heure, ni cette minute, pas même cette seconde dont la durée, aussi brève soit-elle, demeure une durée. Car nous faisons alors l'expérience de l'instant même. Un instant sans la moindre durée et qui, aussi fugitif soit-il, semble porter notre réalité tout entière. Cet instant insaisissable qu'il nous est impossible de quitter, cet instant indissociable de nous-même, cet instant nous échappe sans cesse. Pourtant il bat au coeur de notre temps, comme notre corps s'impose au coeur de notre vie, et  comme notre esprit vit au coeur de notre corps.

Qu'est-ce qu'un instant? L'élément ultime d'où s'engendre le temps, d'où toute durée commence et finit à la fois. L'étude de l'instant, nous l'appelons " Métachronologie " , et nous l'avons développée par ailleurs. Les chroniques philosophiques qui suivent s'inspirent de cette même perspective, plus ou moins explicitement. Elles s'ouvrent à bien des horizons de la philosophie, mais brièvement, cherchant seulement à suggérer ce que son propre instant peur dire à une conscience.

 

     Quelques secondes de conscience

Pierre Michel KLEIN

La Route de la Soie-Editions 

14 €

WWW.laroutedelasoie-editions.com

 

 

 

 

Posté par ARMEE à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mai 2019

François Léger accueille le printemps de la revue FLORILEGE...

François Léger est heureux de vous présenter un poème ne manquant pas d'humour trouvé dans l'une des premières pages du numéro de printemps de la revue "FLORILEGE".  Avec "La Dalle", voilà en effet un poète qui semble se gaver de matériaux indispensables à sa construction et à l'ordre de celle-ci... Claude DUSSERT ne sera pourtant pas satisfait  de son ouvrage en voyant finalement celui-ci, en jugeant que "Tout cela avait le fond amer... Le goût mauvais... D'un poème raté...

Voilà,en 2019, une époque où tant de gens sont satisfaits - fiers - de tout ce qu'ils font, admiratifs de leurs propres qualités -quelques lignes montrant qu'il y a encore des gens de talent qui remettent celui-ci en cause... Cela réconforte et nous amène à réfléchir...

 

Numérisation_20190525

Posté par ARMEE à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2019

Lauréats 2019 du Prix littéraire de la Région Sud

Numérisation_20190524

Numérisation_20190524 (3)

Posté par ARMEE à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2019

Informations de la S.G.D.L.

Numérisation_20190524 (2)

Posté par ARMEE à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2019

Nuit de la Nouvelle... dans le Loiret

 

Numérisation_20190509

Numérisation_20190509 (2)

  Tu Connais la Nouvelle? 12 rue de la république 45800 SAINT JEAN DE BRAYE

(tuconnaislanouvelle@noos.fr)

 

 

 

Posté par ARMEE à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2019

LA SOFIA et des prix littéraires

Numérisation_20190322

Numérisation_20190322Editer

Editer

 

 

Numérisation_20190322 (2)

Numérisation_20190322 (3)

Numérisation_20190322 (4)

Posté par ARMEE à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2018

L'année change mais pour le moment rien ne change, TOUS NOS VOEUX pour que ça change...

 

 

IMGP1625

Devant une telle représentation  de l'année 2018, on  est appelé à  la regretter....

 

IMGP1619

Pourtant, on est heureux de la voir s'autodétruire avant...

 

IMGP1634

De plonger dans cette sorte de Nouveau Monde 2019 qui, à en croire nombre de pythonisses, nous ferait une vie un peu plus facile et beaucoup plus heureuse...

Souhaitons que cela se concrétise, que le Gouvernement concrétise ses promesses de protection de la France et de la nation française... Dans cette perspective, recevez nos plus chaleureux voeux pour cette nouvelle année...

2O18 est partie, il est temps de se remettre au travail pour que 2019 soit belle et heureuse.

Nos voeux les plus sincères

 

François LEGER,

 

Crédit photos : Agnès TUO

 

 

 

Posté par ARMEE à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2018

Vous avez dit Noël ?

    Aujourd'hui et demain, vous serez les Rois...

                                                    

                                                      Par François LÉGER

    

 Comme c'est le cas depuis 5 000 ans, 7 000 ans, 10 000 ans et plus, l'homme attend ce soir de Noël qui est en tout point merveilleux à vivre même s'il passe comme un TGV...

 Il aura le plus beau des cadeaux s'il voit revenir des membres de sa famille partis ... il ignore pourquoi... Que dire de ces malades qui cesseront brutalement de souffrir ?

 Sachez prendre aussi ces petits moments de bonheur en souhaitant en vivre de nombreux, avant une année entière et une nouvelle fête de Noël...

 Bien sûr, il y aura des cadeaux matériels à apprécier même s'ils ne sont pas grand'chose à côté de ce qui précède... Vous pourrez, comme une de mes amies qui approche de la dernière porte, croire que  - après la mort - tout le monde a de l'argent, personne n'est jamais malade, tous pareils ! Personnellement ce n'est pas ma conception de l'après-vie, comme vous le savez, et je pense que vivre serait alors bien ennuyeux...

 Pour le moment profitez de ce moment de 2018 et attendez les Rois Mages dans la sérénité...

  

20181223_160042

 

                                  Photo: Anne BUISSART

 

Posté par ARMEE à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2018

Parodier n'est pas copier Chers amis poètes...

Comme  Noël est la Fête des

enfants,

 

de leurs familles (fratries) et

 

grands-parents) ...              

                                                                     

Dis moi 10 mots

 

Il y a bien peu de jours dans une année où l'on pourrait retrouver les familles cherchant à faire au mieux, plusieurs jours avant, plusieurs semaines plus tôt (pour certains) pour faire des jours précédant  le jour "J" des moments de préparation d'une grande fête familiale...

Tout le monde attend ou apporte sa contribution pour que cette grande fête réunissant au moins une fois l'an toute la famille soit encore plus réussie que l'année précédante....

Les plus petits personnages de la famille ou presque  ont lu et relu de nouvelles fois, avant de l'adresser par les Rennes postaux avec tous les espoirs qu'elle contenait, leur lettre au Père Noël... Une lettre dont ils n'ont pas oublié d'expliquer le contenu à leurs grands-parents pour le cas où le Rennes postal, surchargé de travail,  oublierait de donner ce pli à son réel destinataire (on n'est jamais trop prudent, n'est-ce pas?).... 

Les futurs adultes peaufinent leur art de la transmision et les adultes rêvent de leur salle de Noël avec tous les enfants, parents, grands-parents présents et bien évidemment la place du pauvre qu'il convient de ne pas oublier  en cette année où la famille a eu bien du mal à faire les achats qu'elle eût souhaité réaliser alors qu'elle pensait, en allant élire un nouveau président de la République il y a quelques mois, que les "fins de mois" seraient moins difficiles, mais aujourd'hui, elle doit bien admettre que ce n'est pas le cas même si on lui décortique l'économie du pays... Certes, il en est qui paieront moins d'impôts dans cette France dont seulement à peu près 50% des habitants sont imposés...

Alors, pourquoi tout le monde ne rêve-t-il pas ? Tout simplement en raison des salaires, des taxes déjà mises en place mais qui n'arrêtent pas de grossir, des taxes nouvelles que l'on nous annonce le mercredi, dont on nous indique le vendredi qu'elle ne sera pas mise en place avant de prendre la décision contraire la semaine suivante... Mais il ne faut pas être trop pessimiste: pensons à cette plaquette d'identité sur les vélos (que, comme moi, vous avez certainement connue!) Pensons à cette vignette annuelle à imposer sur le pare-brise de votre voiture dont le bénéfice devait permettre d'aider les personnes âgées... Personnellement, je n'ai pas dû naître dans la bonne famille car aucune personne âgée autour de moi n'en n'a vu la couleur, ce qui ne fut pas mon cas puisque, chaque année, j'avais largement le temps de regarder la couleur de la vignette pour laquelle je faisais le chèque...

Mais ne soyons point grincheux en  attendant le "grand jour"!

Pensons simplement, comme le diront nombre de pères de familles de Provence avant ce fameux repas : "Faisons tout pour que l'année prochaine, si nous devions  ne pas être davantage que ce soir, il ne manque personne".

Préparez vos fêtes le mieux possible et "JOYEUX NOËL" à Tous!

François Léger

 



                                                                                                    

Posté par ARMEE à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2018

A Nous, Contes, Des Mots...

 

 

Numérisation_20181114

 

 

 

A l'époque d'un nouveau Noël, les mots sont à l'honneur pour la lettre au père

Numérisation_20181114 (3)

 

 

 

Posté par ARMEE à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2018

D'importants rendez-vous pour tous ceux que la plume démange...

Des rendez-vous pour les jeunes auteurs,

tous ceux qui ont la plume vagabonde...

 

Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil

Nous avons le plaisir de vous annoncer notre présence au prochain Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil.

Vous pourrez nous rencontrer du 28 novembre au 3 décembre 2018, à l’espace Paris-Est de Montreuil, sur le stand K26 (niveau 0).

Nous vous invitons à participer aux temps forts suivants : 

1 - Les Rencontres de la Sofia : la retraite complémentaire des auteurs de livres

Vendredi 30 novembre 2018, de 10h à 11h, au Comptoir des auteurs, (G7, au niveau -1)

Venez rencontrer, lors d’un entretien personnel de 15 minutes, l’un des conseillers IRCEC pour faire un point de situation sur votre dossier social et vous permettre d’avoir toutes les informations sur votre retraite. Cette rencontre est uniquement réservée aux auteurs adhérents de la Sofia. Le nombre de places étant limité (30 places), vous devez impérativement vous inscrire, auprès de nos services, à l’adresse suivante : communication@la-sofia.org

2 - Les Rencontres de la Sofia : la garantie mutuelle santé des auteurs adhérents de la Sofia

Lundi 3 décembre 2018, de 10h30 à 11h30, au Comptoir des auteurs, (G7, au niveau -1)

La Sofia met en place, avec groupe Audiens, un dispositif permettant à ses adhérents auteurs de s’affilier à une mutuelle santé aux conditions d’un contrat collectif, beaucoup plus avantageuses que celles des mutuelles souscrites à titre personnel. En effet, depuis octobre 2018, les auteurs adhérents de la Sofia peuvent bénéficier – à un tarif préférentiel – d’une garantie santé comprenant deux niveaux. Les modalités de souscription vous seront dévoilées lors de cette présentation avec un représentant du groupe Audiens. Inscrivez-vous à l’adresse suivante : communication@la-sofia.org (places limitées à 30).

3 - L’action culturelle de la Sofia, politique de soutien et d’accompagnement

Lundi 3 décembre 2018, de 13h45 à 14h30, dans l’enceinte de l’exposition « Nos futurs », au niveau -1.

La Sofia consacre, depuis 2009, 25% du montant annuel de la rémunération pour copie privée à l’aide à la création, à la promotion, à la diffusion des œuvres et à la formation des Auteurs. En 2017, la Sofia a soutenu 316 projets différents sur l’ensemble du territoire français, dont 47 dédiés à la jeunesse. Cette table ronde est l’occasion d’en présenter quelques-uns et de donner la parole à leurs initiateurs. Les intervenants sont Catherine Desplas (Scientilivre), Isabelle Prechoux (festival Marmouzien), Mathieu Diez (Lyon BD), Sandrine Vermot-Desroches (Réparer le langage) avec la participation d’Alain Absire, Président de la Sofia. Entrée gratuite sous réserve de vous être accrédité sur le site Internet du SLPJ pour recevoir un pass gratuit.

Nathalie Naquin, Communication et Action culturelle
communication@la-sofia.org / 01 44 07 06 48

facebook
 
twitter
 
linkedin
 

Nous sommes tout à fait conscients du fait que nous vous donnons, ici, certaines possibilités de rendez-vous dont vous ne pourrez pas bénéficier en raison de dates, dépassées ou impossibles à tenir. Toutefois, il nous semble qu'il est intéressant pour vous de trouver ici nombre de renseignements et les coordonnées Internet de personnes qui seront toutes prêtes à vous renseigner dans des domaines précis: je me souviens qu'à mes débuts, j'ai couru après les renseignements dans nombre de domaines...

 

 
   
   
   

Posté par ARMEE à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2018

Le 30 Novembre à Talant, hommage au poète et à l'artiste...

 

 

 Jean Ferrat nous a quittés physiquement mais est resté

 avec ceux qui l'ont apprécié, comme nombre de poètes...

 

       Jean TENENBAUM, dit Jean FERRAT, est né le 26 décembre 1930 à Vaucresson, fils de Mnacha (dit Michel) Tenenbaum, juif russe naturalisé français en 1928, et d'Antoinette MALON, française née à Paris d'une famille originaire du Puy-de-Dôme.

        Raymonde (née en 1916 à Paris), André (né en 1918 à Draveil), et Pierre (né en 1925 à Vaucresson) sont les frères et soeur de Jean FERRAT. Attiré par la musique, le théâtre et le classique, Jean FERRAT entre dans une troupe de comédiens au début des années 50, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz. En 1956, Jean FERRAT met en musique "Les yeux d'Elsa", poème de Louis ARAGON dont il sera toute sa vie l'admirateur. C'est André CLAVEAU, alors fort en vogue, qui interprète la chanson et apporte un début de notoriété à Jean FERRAT, qui se produit très régulièrement au cabaret parisien La Colombe de Michel VALETTE, en première partie de Guy BÉART.

 

Numérisation_20181018

 

En 1958, Jean FERRAT sort chez Vogue son premier 45 tours EP, qui ne rencontre guère de succès. En 1962, Jean FERRAT fait la connaissance d'Isabelle AUBRET. Cette rencontre est pour les deux artistes le début d'une grande et pérenne complicité artistique puis amicale. Jean FERRAT compose, sur des paroles de Michelle SENLIS pour Jacques BOYER et Jean-Louis STAIN, la chanson "Mon vieux", laquelle, réécrite partiellement dans les années 70 pour être reprise par Daniel GUICHARD, connaîtra un grand succès et deviendra un classique de son répertoire. Jean FERRAT meurt le 13 mars 2010 à l’hôpital d'Aubenas, des suites d'un cancer. Jean FERRAT est inhumé le 16 mars 2010 au cimetière communal d'Antraigues-sur-Volane près de son frère André. Lors de la cérémonie d'hommage qui précède, sur la place centrale du village, Francesca SOLLEVILLE interprète "Ma France" et Isabelle AUBRET "C'est beau la vie", avant de faire chanter "La montagne" par la foule rassemblée, constituée de plus de 5 000 personnes. La veille, plus de quatre millions de téléspectateurs avaient suivi en France l'hommage télédiffusé en son honneur.

      La compagnie « à quoi ça rime ? », de l’association « les poètes de l’amitié – poètes sans frontières », invite la chanteuse Renata, accompagnée par son pianiste, Francis Harbulot, à une soirée mémorable durant laquelle quelques poètes interpréteront les œuvres de FERRAT : Camille Arcelus, Yolaine et Stephen Blanchard, Isabelle Dumont-Dayot, Daniel Emond, Nathalie Gasser, Nicole Muller et Marie-Pierre Verjat-Droit. Ainsi pourrez-vous revivre un tel moment, le vendredi 30 novembre à 20 H 30, à l'Espace Brassens, Salle Gabin, place abbé Pierre à TALANT. Réservations conseillées au 06.12.68.15.47 ou 03.80.41.31.40 (entrée 8 € mais  5 € pour les chômeurs, handicapés et adhérents).

 

Illustration fournie par "Les Poètes de l'Amitié".

 

 

 

 

       

Posté par ARMEE à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2018

Nombreux sont fidèles au rendez-vous de La Toussaint

Jeunes et moins jeunes, sont fidèles au rendez-vous de La Toussaint ….

 

               Par François LÉGER

 

Jeunes , adolescents et seniors  n’ont pas oublié La Toussaint, même si les uns et les autres se placent en demandeurs aux saints et aux esprits…

 

Certains touristes ont dû être surpris par l’activité régnant dans notre beau pays de France en cette semaine de La Toussaint, une activité qui ne se dément pas au fil des ans malgré les écueils trouvés sur nos chemins… Vous avez probablement remarqué, tout au long de ces derniers jours, dans notre pays de verts pâturages, ces personnes âgées qui se rendaient dans les cimetières chargées du matériel dont elles savaient avoir besoin, même si cela était bien difficile pour elles dont les corps montraient – très visiblement – les efforts déjà fournis au cours des dernières décennies…

Mais, en ce moment où vous les avez vues, c’étaient elles-mêmes qui exigeaient ces efforts pour aller nettoyer les tombes du conjoint disparu, de parents et même d’enfants partis, bien trop tôt pour tous ceux qui les appréciaient… Ces personnes âgées estimaient qu’elles ne faisaient que leur devoir avant d’aller plier sous le poids de gros chrysanthèmes qu’elles apporteraient en ce matin du 1er novembre.

 

Toutefois, ces activités n’étaient pas nouvelles, les générations précédentes s’y étant pliées…

Non, ce qui a dû vous surprendre et vous étonnera encore aujourd’hui – tout au moins ce fut mon cas – ce sont ces petites voitures de sport qui se garent devant ou le long d’un cimetière et dont descendent ces beaux jeunes gens qui ont encore la réputation de fils à papas… Car notre société a évolué et si les jeunes veulent ne pas manquer la tombe de l’un de leurs proches, il faut souvent qu’ils parcourent plusieurs centaines de kilomètres pour aller sur les tombes qu’ils ne veulent en aucun cas manquer…

Oui, les choses ont bien changé depuis cette époque que l’on a faussement appelée « Les Trente Glorieuses » auxquelles les adolescents ou étudiants d’aujourd’hui vouent une vie facile en pensant qu’il n’était pas alors difficile de trouver du travail : aurait-ce été un « Paradis perdu » ? Si c’était vraiment cela, ce n’est pas ainsi que j’ai traversé ces années tout comme mes amis étudiants !!!   Par exemple, pour ma part je n’ai pas aimé avoir des entretiens d’embauche qui se terminaient sur le fait que je n’avais pas assez de diplômes ou que j’en avais trop ! Comment peut-on en avoir trop ? Le raisonnement de celui qui vous embaucherait bien est celui-ci : « Ce candidat me paraît très bien mais il vaut plus cher que ce que je peux lui offrir… Alors il accepte mes desiderata en attendant de trouver la société pour laquelle il est fait et, quand il trouvera, il nous quittera »…

Honnêtement, je vous avouerai que c'est bien ce que mes amis et moi avions dans la tête, mais on a du mal à comprendre, les vingt ans passés, qu'un patron ne vous embauche pas parce que "vous avez trop de diplômes"...

Non, finalement, les "Trente Glorieuses" n'ont pas apporté beaucoup plus de miracles, ces miracles qu'Emmanuel MACRON nous avait promis il y a environ dix-huit mois et qui confirment que les "promesses n'engagent que ceux qui les font"... Il est vrai que si j'avais été chef d'Etat, lors de mon dernier passage à l'hôpital je n'aurais pas vu du personnel soignant se bécoter dans les couloirs et restant sourd à ma sonnette de patient...En remettant un peu d'ordre ici et là, on manquerait moins d'infirmières, d'aides soignantes, etc...

Ce n'est pas par hasard que j'ai commencé et terminé cet article sur la maladie...De fait, La Toussaint est bien le jour à ne pas manquer pour aller voir un proche qui souffre dans sa tête et dans sa chair mais qui, en plus, est hospitalisé loin de votre domicile... Aller le voir et l'aider à accepter les choses, même si elles sont terribles comme celles de cette femme restée couchée à souffrir d'un cancer durant trois ans... Cette patiente a exprimé ses souffrances en quelques mots, résumé de longs mois! Le clocher du village ayant teinté pour un enterrement, elle demanda qui avait quitté ce monde et elle répondit simplement: "Elle en a de la chance"...

 

Posté par ARMEE à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2018

Festival littéraire itinérant en Bourgogne-Franche-Comté

"Les Petites fugues", à la fois dans leur 17ème édition et la première sous les couleurs de l'Agence Livre et Lecture Bourgogne-Franche-Comté

 

 

Jusqu'ici porté par le Centre régional du Livre de Franche-Comté, voilà le festival aujourd'hui intégré au projet associatif de l'A.L.L., agence qui a vu le jour le 1er janvier 2018 et rassemble trois associations  pour le livre préexistantes sur les territoires  bourguignon et franc-comtois.

Cette année, ce sont encore 20 auteurs invités, 130 rencontres et 8 petites formes. Et, l'auteur de ce texte, Évelyne Geny, présidente de l'Agence Livre et Lecture (A.L.L.), devra par ailleurs être remerciée pour cette présentation de l'événement (tout en nous pardonnant quelques minces interventions apportées dans son texte pour que celui-ci attire un maximum de lecteurs comme le pensent les journalistes ayant apprécié ce texte).

Pendant deux semaines, la littérature sera partout dans des lieux coutumiers du livre - bibliothèques, médiathèques, collèges et lycées, librairies, associations culturelles - et dans des lieux moins attendus où elle apporte ses bienfaits: maisons d'arrêt, hôpitaux, musées... C'est ainsi que le public peut s'offrir des moments rares: lecture, débats et partage s'ouvrant à tous...

C'est ainsi que, cette année encore, on pourra parler de projets personnels avec des écrivains ou autres artistes puisque se mêleront à ces échanges des projets innovants, musique ou cinéma comme nous avons déjà eu l'occasion de le dire dans des papiers similaires à celui-ci dans l'espace que nous souhaitions le plus culturel possible...D'ailleurs, ici, le titre l'annonce en faisant immédiatement penser à la qualité de ces petites fugues musicales qui viennent se mêler à un besoin de connaissances culturelles dont on ne peut que se réjouir... après avoir, par exemple, entendu (nullement écouté) certains "artistes" dont on nous vante les qualités ... faute de mieux!

Mais , que cela ne vous fasse pas renoncer aux invitations que vous font les organisateurs comme celle de vous rendre aux Forges de Pesmes, au 19 Crac, au Musée des Beaux Arts et bien d'autres lieux encore...

Vous en saurez plus en vous rendant sur le Net, par exemple : www.lespetitesfugues.fr ...

Numérisation_20181022

 

Numérisation_20181022 (2)

 

Numérisation_20181022 (3)

 

Numérisation_20181022 (4)

 

Merci aux organisateurs de nous avoir fourni les éléments de cet article et notamment les "Illustrations".

Posté par ARMEE à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]