Jeunes et moins jeunes, sont fidèles au rendez-vous de La Toussaint ….

 

               Par François LÉGER

 

Jeunes , adolescents et seniors  n’ont pas oublié La Toussaint, même si les uns et les autres se placent en demandeurs aux saints et aux esprits…

 

Certains touristes ont dû être surpris par l’activité régnant dans notre beau pays de France en cette semaine de La Toussaint, une activité qui ne se dément pas au fil des ans malgré les écueils trouvés sur nos chemins… Vous avez probablement remarqué, tout au long de ces derniers jours, dans notre pays de verts pâturages, ces personnes âgées qui se rendaient dans les cimetières chargées du matériel dont elles savaient avoir besoin, même si cela était bien difficile pour elles dont les corps montraient – très visiblement – les efforts déjà fournis au cours des dernières décennies…

Mais, en ce moment où vous les avez vues, c’étaient elles-mêmes qui exigeaient ces efforts pour aller nettoyer les tombes du conjoint disparu, de parents et même d’enfants partis, bien trop tôt pour tous ceux qui les appréciaient… Ces personnes âgées estimaient qu’elles ne faisaient que leur devoir avant d’aller plier sous le poids de gros chrysanthèmes qu’elles apporteraient en ce matin du 1er novembre.

 

Toutefois, ces activités n’étaient pas nouvelles, les générations précédentes s’y étant pliées…

Non, ce qui a dû vous surprendre et vous étonnera encore aujourd’hui – tout au moins ce fut mon cas – ce sont ces petites voitures de sport qui se garent devant ou le long d’un cimetière et dont descendent ces beaux jeunes gens qui ont encore la réputation de fils à papas… Car notre société a évolué et si les jeunes veulent ne pas manquer la tombe de l’un de leurs proches, il faut souvent qu’ils parcourent plusieurs centaines de kilomètres pour aller sur les tombes qu’ils ne veulent en aucun cas manquer…

Oui, les choses ont bien changé depuis cette époque que l’on a faussement appelée « Les Trente Glorieuses » auxquelles les adolescents ou étudiants d’aujourd’hui vouent une vie facile en pensant qu’il n’était pas alors difficile de trouver du travail : aurait-ce été un « Paradis perdu » ? Si c’était vraiment cela, ce n’est pas ainsi que j’ai traversé ces années tout comme mes amis étudiants !!!   Par exemple, pour ma part je n’ai pas aimé avoir des entretiens d’embauche qui se terminaient sur le fait que je n’avais pas assez de diplômes ou que j’en avais trop ! Comment peut-on en avoir trop ? Le raisonnement de celui qui vous embaucherait bien est celui-ci : « Ce candidat me paraît très bien mais il vaut plus cher que ce que je peux lui offrir… Alors il accepte mes desiderata en attendant de trouver la société pour laquelle il est fait et, quand il trouvera, il nous quittera »…

Honnêtement, je vous avouerai que c'est bien ce que mes amis et moi avions dans la tête, mais on a du mal à comprendre, les vingt ans passés, qu'un patron ne vous embauche pas parce que "vous avez trop de diplômes"...

Non, finalement, les "Trente Glorieuses" n'ont pas apporté beaucoup plus de miracles, ces miracles qu'Emmanuel MACRON nous avait promis il y a environ dix-huit mois et qui confirment que les "promesses n'engagent que ceux qui les font"... Il est vrai que si j'avais été chef d'Etat, lors de mon dernier passage à l'hôpital je n'aurais pas vu du personnel soignant se bécoter dans les couloirs et restant sourd à ma sonnette de patient...En remettant un peu d'ordre ici et là, on manquerait moins d'infirmières, d'aides soignantes, etc...

Ce n'est pas par hasard que j'ai commencé et terminé cet article sur la maladie...De fait, La Toussaint est bien le jour à ne pas manquer pour aller voir un proche qui souffre dans sa tête et dans sa chair mais qui, en plus, est hospitalisé loin de votre domicile... Aller le voir et l'aider à accepter les choses, même si elles sont terribles comme celles de cette femme restée couchée à souffrir d'un cancer durant trois ans... Cette patiente a exprimé ses souffrances en quelques mots, résumé de longs mois! Le clocher du village ayant teinté pour un enterrement, elle demanda qui avait quitté ce monde et elle répondit simplement: "Elle en a de la chance"...